Savoir reconnaître les petits ou les grands bonheurs de notre vie n’est pas toujours facile. C’est comme tout, il faut s’entraîner ! Vous connaissez le principe des 21 jours pour acquérir une nouvelle habitude ?
On pourrait se lancer un défi…

Au gré de mes lectures, j’ai pu découvrir plusieurs façons de faire entrer la gratitude dans nos vies. En voici 3 qui me semblent pouvoir s’intégrer à nos emplois du temps souvent très chargés. 

1. Le journal de gratitude

Tous les soirs, trouve trois petits bonheurs vécus dans la journée.
Tu peux les écrire dans un carnet avant de te coucher ou en parler à table en famille. J’aime bien l’idée de le faire en famille pour donner l’habitude à nos enfants de le faire. C’est ça de moins qu’ils auront à « travailler » plus tard.

2. La boîte de gratitude

Prends une boîte, pose-la à un endroit stratégique chez toi pour y mettre tes petits bonheurs : dès que tu penses à quelque chose qui te donne envie de dire merci, écris-le sur un bout de papier (« Untel vient de m’appeler, quelle joie, cela faisait longtemps ! ») et range-le dans ta boîte.
Dès que ton moral baisse ou qu’une mauvaise nouvelle te tombe dessus, ouvre la boîte : ces souvenirs de moments positifs vont te redonner de l’énergie !

3. La lettre de gratitude

Et pourquoi pas écrire à quelqu’un toute la reconnaissance que tu éprouves à son égard ? C’est un bon moyen d’exprimer tes sentiments (surtout si tu as du mal à le faire de vive voix) et de te rapprocher de quelqu’un que tu aimes. C’est double effet ! 

Les effets de la gratitude

Non seulement exprimer sa gratitude est un moment agréable mais cela a des effets bénéfiques à long terme !

Le Dr Robert Emmons, de l’Université de l’Illinois, chercheur en psychologie qui a consacré de nombreuses études à la question de la gratitude, affirme qu’elle est «l’un des rares éléments qui puisse apporter un changement mesurable dans la vie des gens».

En prenant l’habitude de remercier (à l’oral, à l’écrit ou dans sa tête) :

  • J’apprends à reconnaître ce qu’il y a de bien de ma vie sans pour autant chercher à la changer
    (« Je suis loin de ma famille mais je peux compter sur ma voisine ») ;
  • J’habitue mon cerveau à retenir le positif
    (« Il a plu, mes fleurs vont pousser ») 
  • Je me sens moins seule car je reste en lien avec les autres et avec le monde
    (« D’habitude, je prends ma pause déjeuner rapidement mais aujourd’hui, j’ai accepté l’invitation de ma nouvelle collègue et c’était sympa »)
  • J’envie moins les autres puisque je reconnais ce que j’ai
    (« Elle est partie une semaine aux Seychelles, j’ai passé une semaine en Ardèche avec ma famille, comme cela n’était pas arrivé depuis longtemps »)
  • Je vis pleinement ce qui m’arrive
    (« Petite pause déjeuner sur un banc dans le parc pour profiter du seul rayon de soleil de la journée »)
  • J’apprends à profiter du moment présent
    (« Ma fille m’a demandé de dessiner avec elle, j’ai passé une demi-heure à oublier tout le reste »)
  • Je suis responsable de la façon dont je gère ce qui m’arrive
    (« Mon collègue m’a crié dessus, je lui ai dit que je n’avais pas à subir sa mauvaise humeur, pour la première fois, il s’est excusé »)

Pour aller plus loin :

Merci ! Quand la gratitude change nos vies du Dr Robert Emmons
– Formation Du Bonheur en Barre